Grains de café chinois

Le café chinois

Troisième boisson la plus consommée à travers le monde, le café a vu, en Chine, sa consommation multipliée par 10 en 20 ans. Elle y est devenue peu à peu un signe de distinction sociale.

En Asie, la Chine représente le 4e plus gros producteur de café derrière le Vietnam, l'Indonésie et l'Inde. En produisant plus de 2,2 millions de sacs de 60 kgs de grains de café par an, le pays se classe 13e au niveau mondial.

Pays émergent dans le domaine du café, la Chine cherche désormais à développer la qualité en exploitant au mieux le sol, le climat, les variétés disponibles en Chine.

Découvrons un résumé de l’histoire du café chinois, sa singularité, ce que je pense du café chinois et quel est son meilleur café.

L'histoire du café en Chine

La Chine est située dans la partie nord de l'Asie. Plus grand pays asiatique, elle partage ses frontières avec 15 pays, dont la Russie, l'Inde, le Vietnam, la Corée… Son économie agricole repose sur plusieurs productions, dont le riz, le blé, les pommes de terre, le sorgho, l'arachide, le thé, le café

Plusieurs légendes attribuent la découverte du café à un berger de Haute-Éthiopie. Au 6e siècle, il aurait relaté l'effet stimulant de cerises de café sur ses chèvres à des moines soufis.
Après avoir été introduit au Yémen, le café commence à y être cultivé. Par la suite, le café gagne l'Arabie et l'Égypte.

Ce n'est qu'à la fin du 16e siècle que les Européens découvrent ce breuvage grâce à des marchands vénitiens. Très rapidement, le café gagne toute l'Europe.
Il faut attendre le 18e siècle et le vol de plants par les Hollandais pour voir la culture du café se répandre dans toutes les régions de la ceinture équatoriale (ceinture du café).

En Chine, l'histoire raconte que le café arrive en 1892 par l'intermédiaire d'un missionnaire français venant du Vietnam. À cette époque, le Vietnam est une colonie française qui s'appelle l'Indochine et l'arabica y est cultivé depuis 1857.

En Chine, les premiers plants auraient poussé dans le village de Zhukula, dans la région du Yunnan. Il a fallu attendre un siècle pour que la culture commence à se développer et atteindre les 4000 hectares en 1950.
Après une période de croissance dans les années 1960, la révolution culturelle chinoise (1966-1976) a marqué une baisse de la caféiculture pour descendre à 270 hectares cultivés dans le Yunnan.

En 1988, les efforts du gouvernement en association avec la Banque Mondiale, le Programme de développement des Nations Unies et l'entreprise Nestlé marquent la première période de développement. Parallèlement, Nestlé s'installe en Chine continentale et ouvre, dans la province méridionale du Guangdong, une usine chargée de produire le Nescafé pour le marché asiatique.

Jusqu'en 2009, la production restait faible. Elle a connu à cette période une forte croissance due à la baisse des prix du thé et à une courte flambée des prix du café dans le monde. Absente il y a seulement vingt ans, la Chine produit désormais autant de café que le Costa Rica et le Kenya réunis, ce qui en fait le 9e producteur mondial d'arabica, sa spécialité.

La Chine produit presque uniquement du café Arabica et provient à plus de 95 % de la province du Yunnan, région fortement boisée du sud-ouest de la Chine dont l'altitude varie entre 900 et 1700 m.
Si son café du Yunnan est réputé, c’est en grande partie grâce à sa géographie de haute altitude et le grand écart de températures entre la nuit et le jour, similaire à celui des Andes colombiennes. Les régions de culture sont Baoshan, Dehong, Lincang et Pu'Er reconnue pour la qualité de son thé.
La culture du café est également présente, de manière négligeable, dans la province de Fujian, au sud-est de la Chine et dans l'île d’Hainan. La production de robusta se fait dans ces 2 régions.
L'altitude, le climat subtropical et la richesse des sols offrent des conditions idéales pour la culture du café.

Séchage du café au Yunnan

Particularités du goût du café chinois

En Chine, on trouve 4 variétés de café de type arabica : café Catimor (un hybride de Timor et de Caturra), Caturra, Bourbon et Typica.

Autrefois, les récoltes provenaient de variétés de café Bourbon et Typica importées du Myanmar. Désormais, sous l'impulsion de Nestlé, la culture du Catimor est privilégiée, notamment pour sa résistance à la maladie de la rouille.
Peu appréciée sur le marché des cafés de spécialité, cette variété qui domine actuellement les cultures chinoises devrait céder un peu de terrain à des variétés plus qualitatives.
La mention « Made in China » a une connotation négative quand il s'agit de café de spécialité, mais ça évolue : même si la Chine souffre d'un manque de variété, des efforts sont faits pour développer des cafés de spécialité.

En règle générale, le Yunnan proposera un café simple et sans défauts caractérisé par une acidité citrique discrète et une saveur marquée. De fines notes de céréales, de noix pourront compléter la dégustation. Sa rusticité le destine plutôt aux mélanges et au marché du café soluble.

Le café chinois s’apprécie à n’importe quel moment de la journée. Sa faible acidité le rend idéal pour une pause-café de fin de journée.

Mon avis sur le café de Chine


Pour le moment, le café chinois présente assez peu d'intérêt.

En effet, la variété principalement cultivée est le Catimor. Croisement effectué au Portugal en 1959 entre Caturra et Hybride de Timor, cette variété a été choisie pour sa résistance à la rouille, mais est peu qualitative.

Si je devais en choisir un, j'opterais pour le terroir de Baoshan, à l'ouest de la province du Yunnan. La région propose notamment la variété Typica. J’adore sa légère acidité et le fait qu'il ne soit pas très corsé.

Je vous recommande de l’acheter en grains, les arômes seront ainsi mieux conservés que sous forme moulue.

Lorsque je bois du café de Chine, je goute la richesse du sol du Yunnan et les conditions climatiques dont il a bénéficié au long de sa croissance.

Meilleur café chinois : quelle marque choisir ?

Comme mentionné précédemment, je vous invite à privilégier du café de Chine en grains. En effet, le café en grains est plus frais. Il développera plus d'aromes que le café moulu. De plus, les grains sont issus d’une sélection plus stricte.

La Chine n'a pas défini de norme de qualité pour le café, mais la province du Yunnan suit la norme de durabilité des 4C avec les caractéristiques suivantes :

Grade

Nbre de défauts

Taille minimale du grain

Evaluation du gout

1

< 5 %

Minimum 90 % > tamis 17 (6,7 mm)
balance 10 % > tamis 15 (6,0 mm)

Parfum, corps et équilibre des saveurs. Absence de saveurs étrangères telles que grain moisi, fermenté, puant, vieilli, terreux et produits chimiques.

2

< 8 %

Minimum 90 % > tamis 14 (5.6 mm)
balance 10 % > tamis 12 (5.0 mm)

Destiné aux échantillons commerciaux. Ne nécessite pas d'évaluation de qualité.

Pour distinguer les cafés de qualité, la description mentionnera le grade (par exemple : Simao Arabica grade 1)

Les meilleurs cafés chinois seront doux avec d'agréables notes fruitées, quoique beaucoup présenteront également des notes boisées ou de terre. Il sera possible de trouver des acidités complexes dans les hautes altitudes.

On peut souligner que la Chine propose peu de café certifié biologique. Une source possible est la préfecture du Dehong dont la plupart des cafés sont issus de l'agriculture biologique.
La province du Yunnan pourrait se faire connaître dans un avenir proche pour des variétés qualitatives et nobles.

Pour acheter du café de Chine, je vous invite à privilégier l’une des marques suivantes : Cafés Miguel, Malongo, Gaoshantangchu, Les Thés du monde, Vert-tiges, TNT Cafés, Les Cafés OCE.

Merci de ne pas copier :-)