Plantation de café en Jamaïque

Le café jamaïcain

Après le pétrole, le café est la seconde marchandise échangée dans le monde. Il provient principalement d'Afrique subsaharienne, d'Asie et d'Amérique latine.

La Jamaïque est un petit producteur d'Amérique Centrale, dans les Caraïbes. Il produit environ 10 000 sacs de 60 kgs de grains de café par an, ce qui le place à la 45e au niveau mondial.

La Jamaïque est réputée pour proposer l'un des cafés les plus prestigieux du monde.
Un sol volcanique fertile, une altitude dans les Blue Mountains pouvant atteindre 2000 m et des précipitations abondantes permettent à ce pays de présenter un café apprécié dans le monde entier.

Abordons un résumé succinct de l’histoire du café jamaïcain, sa particularité, ce que je pense du café jamaïcain et quel est son meilleur café.

L'histoire du café en Jamaïque

La Jamaïque est une île de la mer des Caraïbes, en Amérique latine. Elle fait partie des Antilles. Bien que l'agriculture occupe moins de place dans son économie aujourd'hui, elle reste une composante majeure avec l'exportation de canne à sucre, d'agrumes, de café et d'ignames.

Le caféier est né il y a plusieurs millénaires, en Éthiopie, dans les montagnes de Kaffa.
Cité dès le 9e siècle dans des écrits médicaux, il a probablement entamé sa conquête du monde vers le 15e siècle. Par l'intermédiaire de pèlerins musulmans, il va gagner le Yémen où il commence à être cultivé puis commercialisé. Les Arabes sont ainsi à l’origine de la boisson, du principe de torréfaction et des échanges commerciaux. 

Jusqu’au milieu du 17e siècle, la production de café se cantonne au Yémen et à l’Éthiopie. Les Arabes, voulant garder la maîtrise de la production mondiale, ébouillantaient les grains pour empêcher toute germination.
En 1616 puis en 1690, des Hollandais dérobent des grains puis des plants et les ramènent en Europe.
Ils commencent alors à tester la culture du café dans leurs colonies, là où les conditions sont favorables.

L'histoire du café jamaïcain commence en France. Après avoir reçu un plant de café des Hollandais, Louis XIV le plante au Jardin des Plantes. Afin d'avoir une source de café contrôlée par la France, il va en diffuser la culture dans les colonies françaises en commençant par la Martinique.
C'est ainsi qu'en 1723, un officier de marine, Gabriel Mathieu de Clieu embarqua de Nantes pour la Martinique avec un plant de café. Il y planta la bouture dans sa propriété.
Celle-ci se multiplia rapidement et donna naissance à la plupart des plantations de café des Antilles. La première récolte fut faite en 1726.
En 1728, la Jamaïque est une colonie anglaise et son gouverneur reçoit un premier plant de café en cadeau du Gouverneur de la Martinique.

Au début, la production jamaïcaine reste relativement limitée et cantonnée dans la région de St Andrew.
Le véritable essor commence à la seconde moitié du 18e siècle quand la culture se répand dans les Blue Mountains. En 1800, 686 plantations de café sont actives pour produire plus de 15 000 tonnes en 1814.

L'abolition de l'esclavage en 1807, puis leur émancipation sur l'île en 1838 ont marqué un recul de la production. Ainsi, en 1850, subsistaient 180 plantations qui exportaient un peu plus de 1500 tonnes.

Jusqu'en 1942-1943, le Canada et les États-Unis étaient les principaux importateurs du café jamaïcain. Face à la demande, les grands exportateurs (Produce Dealers) ont commencé à expédier du café de moins bonne qualité que celle des échantillons vendus. En 1943, le Canada puis les États-Unis ont stoppé leurs importations.

Pour répondre à cette dégradation de la qualité du café, les producteurs ont créé, en 1950, le Jamaican Coffee Industry Board. À partir de cette création, les cafés de la région de Blue Mountain ont gagné lentement et régulièrement en qualité et en réputation jusqu'à ce qu'ils soient considérés comme un des cafés les plus renommés au monde.

Depuis peu, le ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Agriculture et de la Pêche encourage les agriculteurs à étendre la production de café à des régions situées en dehors des célèbres Blue Mountains. Cela permettrait de créer des mélanges accessibles financièrement à la consommation intérieure.

La Jamaïque produit uniquement du café Arabica.
Si son café est l’un des plus renommés, c’est grâce aux conditions de culture idéales. Le café jamaïcain est principalement cultivé dans de petites plantations situées dans les régions montagneuses du pays, dans le comté du Middlesex à des altitudes de 500 à 1600 mètres.
La zone montagneuse de Blue Mountain se situe dans l'Est de l'île, dans les paroisses de Saint Andrew, Saint Thomas, Portland et Saint Mary, à une altitude comprise entre 900 et 1800 m.
L'altitude, le climat idéal, la géologie et la topologie offrent des conditions uniques pour ce café d'exception.

Cerises de café Blue Mountain en Jamaïque

Particularités du goût du café jamaïcain

En Jamaïque, on trouve peu d'espèces de café Arabica. En grande partie Typica, la Jamaïque cultive également du Bourbon et le célèbre Blue Mountain jamaïcain (dérivé du Typica).

Depuis le début du 20e siècle, le café jamaïcain est connu pour procurer des saveurs propres, douces et délicates. L'acidité est présente dans une très faible mesure et s'accompagne de notes de noix ou fruitées.

L'appellation contrôlée Blue Mountain donne une tasse raffinée, bien équilibrée, aux notes boisées et florales. L'acidité n'est pas marquée. Son goût est net et pratiquement sans amertume.

Le café jamaïcain se découvre à n’importe quel moment de la journée. Il accompagnera idéalement une pause-café, pour apprécier toutes les saveurs et la complexité du café jamaïcain.

Mon avis sur le café de Jamaïque


Le café de Jamaïque figure dans les cafés les plus difficiles à obtenir et les plus coûteux. Personnellement, je le réserve à certaines occasions.
J’adore notamment son harmonie et l'équilibre de ses saveurs.

Je ne me rappelle pas avoir été déçu après avoir bu du café jamaïcain.
Distingué et dépourvu d'amertume, c'est le cadeau idéal pour tous les amateurs de café.

Je vous conseille de l’acheter sous forme de grains, les arômes seront mieux conservés que sous forme moulue.

Boire du café jamaïcain m'évoque la richesse du sous-sol volcanique sur lequel il a poussé et les conditions climatiques idéales dont il a profité pour grandir.

Meilleur café jamaïcain : quelle marque choisir ?

Comme je viens de le mentionner, je vous invite à privilégier l'achat sous forme de grains. En effet, le café en grains est plus frais et plus aromatique que le café moulu.
De plus, les grains résultent d’une sélection plus stricte.

L’Indication Géographique Blue Mountain, mise en place en 1973, concerne moins de 8 000 caféiculteurs et est particulièrement encadrée par l'État. Comme tous les produits prestigieux, le Blue Mountain subit des problèmes de contrefaçon et de fraude depuis plusieurs années (vente de café de qualité nettement inférieure, mélanges non déclarés ou déclarés sans les proportions exactes, grains provenant du Guatemala ou du Brésil…).

Seuls les crus cultivés entre 910 m et 1800 m, dans les paroisses de Saint-Andrew, Saint-Thomas, Portland peuvent bénéficier de l'appellation Blue Mountain. La limite de 1800 m a été fixée pour éviter la culture dans les zones protégées du massif montagneux.

Depuis 2008, la Jamaïque a signé un accord avec le Japon portant sur une détection plus rigoureuse des résidus de pesticides et d'agents chimiques. Ainsi, les cafés verts exportés de Jamaïque correspondent désormais à une norme élevée.

En fait, le Blue Mountain de Jamaïque est conditionné en barils et non en sacs. La totalité est exportée en grande partie vers le Japon et est garantie par la Coffee Industry Board.
Celle-ci commercialise également 2 autres appellations de café : Jamaica High Mountain Supreme et Jamaica Prime. Elles renvoient à d'autres régions de culture, à l'altitude moins élevée. La qualification désigne une altitude comprise entre 450 et 900 m.

Voici quelques points à prendre en compte pour un achat éclairé :

  • Cherchez le logo de certification
    Le cachet du Coffee Industry Board figure sur tous les lots de Blue Mountain authentiques. C’est un logo monochrome bleu avec, à l’intérieur, le dessin d’une montagne, de la forme de l’île, un baril et des grains de café.
    Ce logo implique que la CIB a contrôlé tous les grains de café du paquet.
    Logos pour certifier le blue Mountain
  • Vérifiez l’emballage
    Le Jamaican Blue Mountain est cultivé, torréfié et conditionné sur l’île. Si votre achat indique qu’il a été conditionné en Europe ou aux États-Unis, il y a des chances pour que ce ne soit pas ce qu’il indique ou une provenance autre que la Jamaïque.
  • Évitez la plupart des mélanges
    Sachez qu’il n’existe pas de quantité minimale de Blue Mountain si vous achetez un mélange. La proportion peut être aussi faible que 10 %. Si le pourcentage n’est pas indiqué, passez votre chemin. S’il est indiqué, vous pourrez acheter ou non en toute connaissance de cause. Ainsi, un paquet étiqueté « Mélange Mountain Blend » pourra ne contenir que 10 % de café Blue Mountain authentique. Ça le rend accessible à un plus grand nombre, mais si le mélange est vendu à un prix élevé, vous devez l’éviter.
  • N’hésitez pas à poser des questions
    Tout commerçant disposant de véritable café Blue Mountain sera fier d’exposer le document attestant la provenance. Si vous avez l’occasion, posez la question.

Pour acheter du café de Jamaïque, je vous invite à opter pour l’une des marques suivantes : Malongo, Coffee Roasters Of Jamaica, Torréfaction d'Auron, Cafés Miguel, Paul et Arthur, Cafés Lemétais, Cafés Canton, Torréfaction Noailles, Brûlerie d'Alré.

Merci de ne pas copier :-)