Paysage Nouvelle Guinée

Le café ​papouasien

​​En France, le café représente la boisson la plus consommée ​après l’eau. ​Produit uniquement dans des pays de la ceinture tropicale, il est la première matière première agricole échangée dans le monde.

La ​Nouvelle-Guinée ​​est un des pays les moins développés du monde​, où vivent des tribus qui ont eu peu ​voire pas de contacts avec le monde ​extérieur. En Asie et Océanie, il représente le 4e ​producteur ​derrière le Vietnam, l'Indonésie et l'Inde​ et produit environ ​900 000 sacs de 60 kgs de grains de café par an. La ​Nouvelle-Guinée se classe ​​18e ​producteur avec un peu plus de 0,5 % de la production mondiale​.

​Grâce à la géographie montagneuse, les vallées profondes et le climat humide, les conditions ​sont réunies pour permettre​ à la Nouvelle-Guinée d'offrir un ​grand cru du café​.

​Abordons un court résumé de l’histoire du café papouasien, ​ce qui le distingue, ce que je pense du café ​de Nouvelle-Guinée et quel est ​son meilleur café​.

L'histoire du café en ​Nouvelle-Guinée

​​Pays insulaire ​situé à l'est de l'Indonésie et au nord de l'Australie, la Nouvelle-Guinée est une île de l'Océanie ​dans le ​sud-ouest de l'océan Pacifique​. ​​Son économie, riche en ressources, ​reste très dépendante de l'agriculture de subsistance​ et se concentre sur l'huile de palme, ​le café, ​le cacao,​ la noix de coco.

L​'histoire du café débute ​d​ans les ​Hauts ​Plateaux de l'​Éthiopie. ​La légende raconte que c'est un ​berger éthiopien qui a observé les premiers effets du café sur ses chèvres qui ​avaient ​mangé des grains de café de la brousse.
Après avoir été introduites au Yémen par des moines, les premières plantations vont voir le jour. Le café devient alors un produit de commerce qui va gagner le monde arabe puis l'Europe en 1615.
Dès lors, des Hollandais, Anglais et Français vont en répandre la culture dans leurs colonies en Asie, en Amérique du Sud et en Afrique.

Au ​​​1​9e ​siècle​, la ​Papouasie–Nouvelle-Guinée​ est colonisée ​​​par ​les Allemands et les Britanniques, avec les Allemands au nord et les Britanniques au sud. Dès 1890, le café commence à y être cultivé, ​mais il faut attendre ​la fin du siècle pour que la plantation de 20 000 caféiers ​de Variarata
​commence à exporter vers l'Australie.
Dans les années 1920, les puissances coloniales ​entament la culture de graines Blue Mountain de Jamaï​que plutôt que des variétés robusta, communes en Asie et dans le Pacifique.​
​Les années 1930 voient la culture du café ​gagner l'intérieur de​ l'île malgré les difficultés d'accès. Pour améliorer ​​le transport des grains de café et de l'équipement, des travaux d'infrastructure vont avoir lieu dans les années 1950 et 1960.​
​Les superficies ​de plantations de café passent alors de 147 ha à 4 800 ha en ouvrant ainsi le commerce du café aux petits exploitants.​ Ceux-ci ​proposent aujourd'hui au moins 85 % du café cultivé dans le pays, la majorité cultivant des arabicas​ à des altitudes de 1 500 mètres et plus.

​La Nouvelle-Guinée a connu son record ​en 1998 et 1999 ​en exportant 1 348 000 et 1 320 000 sacs. ​Les crises de prix de 2002 à 2006 ont découragé de nombreux producteurs de continuer à cultiver le café​ et il a fallu attendre 2005 pour que les exportations repartent à la hausse.​

​Aujourd'hui, selon la Coffee Industry Corporation Ltd (CIC), le café serait cultivé dans 15 des 19 provinces du pays avec une production essentiellement d'arabica (95 %).​ Si son café est reconnu​​, c'est ​notamment pour ​la situation proche de l'équateur, un climat propice à l'agriculture et un niveau élevé de contrôle de la qualité.
Parmi les provinces qui cultivent le café, plus de 90 % de la production se concentre dans les ​Hautes Terres ​​orientales et ​​occidentales, ​à Jiwaka, Morobe et dans la province de Simbu,​ ​entre 400 (​pour la production de robusta) ​​​et ​2000 m​​​ d'altitude.​ ​Cette altitude, les sols volcaniques riches et fertiles, le climat chaud et les précipitations élevées offrent des conditions idéales ​pour le café papouasien.​​​

Ceuillette de graines de café en Papouasie Nouvelle Guinée

Particularités du goût du café ​papouasien

La Papouasie Nouvelle-Guinée produit presque entièrement de l'Arabica de qualité supérieure, les catégories ​de café fin représentant 15 à 20 % de la production totale​. ​On trouve plusieurs variétés d'arabica dont les plus communes sont : Bourbon, Typica, Arusha.
Les autres variétés sont Catimor, Blue Moutain, Caturra, Mundo Novo.
Le ​Robusta cultivé dans les basses terres de la région du Septik oriental sur la côte ne représente que 5 % d​e la production.

​En Papouasie Nouvelle-Guinée, les meilleurs cafés ​seront doux, avec une acidité faible à moyenne. Complexes, ils proposeront une saveur corsée avec des notes rustiques d'herbes, de mousse ou de bois ou fruitées de mangue ou de papaye.​
​Étant donné que les zones de culture​ présentent des paysages très différents, elles offrent une grande variété de saveurs. On peut distinguer ​les régions de :

  • Hautes-Terres de l'Ouest
    Située au centre des hautes terres de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, la province se partage entre des montagnes comme le Mt Giluwe dépassant les 2800 m et des terres de basse altitude comme le Tsendiap à environ 600 m au-dessus du niveau de la mer.
    La région propose un café doux et équilibré avec des notes de noisette, d'épices, de cacao/chocolat et des arômes de caramel.
  • Province de Simbu
    Située dans la cordillère centrale des hautes terres de la Nouvelle-Guinée, Simbu (ou Chimbu) est une source importante de café biologique. L'altitude des cinq districts principaux, à l'exception de Karamui, est de 1599 m à Kerowagi et de 1920 m dans la région de Kundiawa.
    Le café de Simbu est connu pour sa saveur douce et fruitée associée à une acidité piquante et un corps plein et complexe.
  • Hautes-Terres de l'Est
    Avec un terrain montagneux et accidenté associé à un climat tropical humide, les Hautes-Terres de l'Est sont le deuxième plus grand producteur de Papouasie Nouvelle-Guinée. Le café dans cette région est cultivé entre 1300 et 1900 m d'altitude.​
    Le café de cette province est caractérisé par un corps ​plein avec des notes épicées de chocolat et de citron qui délivre un délicat arrière-goût fruité.

Dans l'ensemble, les ​grains de café papouasiens ont un caractère ​unique et intensément épicé.

Le café ​papouasien s​e déguste à n’importe quel moment de la journée. Il accompagnera parfaitement un​ moment de pause​ où vous allez ​pouvoir apprécier toutes les saveurs du café ​papouasien. 

Mon avis sur le café de ​Papouasie Nouvelle-Guinée


Le café ​de Nouvelle-Guinée est évidemment​ dans mes cafés préférés. J'aime son équilibre, sa ​douceur et sa complexité​. Je ne me ​rappelle pas avoir été déçu d​'avoir bu du café ​papouasien.

Je recommande plutôt de l'acheter ​en grains, car ce​ conditionnement conservera mieux les arômes ​que ​sous forme moulue.

Boire du café de ​Nouvelle-Guinée m'évoque le climat idéal et les sols fertiles sur lesquels il a pu croitre.

Meilleur café ​papouasien : quelle marque choisir ?

​Comme je viens de le mentionner, je vous encourage à acheter du café ​papouasien sous forme de grains. En effet, les grains de café sont plus frais et plus aromatiques que le café moulu. De plus, les grains sont le résultat d'une sélection plus rigoureuse.

​La Coffee Industry Corporation (CIC) a introduit des normes de qualité pour le café en parche​.​ L'arabica papouasien est classé selon des grades ​de qualité ​:

  • Grade A
    Nombre de défauts max : ​10/kg​​​
    Odeur : Fraîche et nette, pas d'odeurs désagréables autorisées​.
    Qualité de la ​tasse : Pleine, raisonnablement équilibrée, uniforme. Corps et acidité bien prononcés. Parfum et arôme riches et distincts.
  • Grade ​B
    Nombre de défauts max : ​30/kg
    Odeur : Fraîche et nette, pas d'odeurs désagréables autorisées​.
    Qualité de la ​tasse : ​Tasse régulière, uniforme et propre. Acidité moyenne à élevée. Corps ​prononcé.​ Parfum et arôme riches.​​​
  • Grade ​Y
    Nombre de défauts max : ​70​/kg​​
    Odeur : ​Nette et fraîche, un peu fruitée.​​​
    Qualité de la ​tasse : Peut manquer d'uniformité dans la tasse. Bonne acidité​. Quelques notes fruitées/vineuses​. ​Arôme bon.
  • Grade ​Y2
    Nombre de défauts max :​ 150​/kg​​
    Odeur :​ ​​Pas de mauvaise odeur ou d'odeur étrangère.​​​
    Qualité de la ​tasse : ​Profil de tasse irrégulier. Acidité et corps passables. Pas de saveur désagréable ou anormale​.
  • Grade Y3
    Nombre de défauts max : Les grains entiers et les grains coupés doivent représenter plus de 50 %. Pas de matières étrangères. Doivent être propres à la consommation humaine.
    Odeur : ​Pas de mauvaise odeur ou d'odeur étrangère.​​​
    Qualité de la tasse : ​Pas de goût désagréable.​​​

sources : ​​CCI, ©Crop to Cup®​, supremo​

Les grades Y1, Y2 et Y3 correspondent aux ​petites exploitations et les grades A et B à des plantations. Pour l'instant, la qualité la plus élevée du café des petits exploitants, Y1, est encore ​inférieure aux normes de spécialité établies par les grades A et B des plantations.

​On ne pourrait pas aborder le café de Papouasie Nouvelle-Guinée sans évoquer le Sigri. ​Arabica ​venant de la célèbre variété Blue Mountain, introduite de Jamaïque vers 1930, le Sigri est cultivé sur un sol volcanique qui lui procure un goût prononcé et un corps puissant.
Ce café sauvage à la saveur chocolatée et légèrement acid​​ulé​ appartient à la catégorie des cafés ​corsés​. Avec sa tasse très ​généreuse, c'est certainement l'un des meilleurs crus au monde.

​Pour acheter du café de ​Papouasie Nouvelle-Guinée, je vous invite à ​choisir l’une des marques suivantes : Lobodis, Malongo, ​L'Or Espresso, La Brûlerie de Paimpont, ​L'origine du goût, ​La Brûlerie de Chanaz, Les cafés du père Jaco.

Laissez un commentaire 0 commentaires

Laissez un commentaire:







error: Contenu protégé