Grain de café de Tanzanie

Le café tanzanien

Le café est la première denrée agricole échangée au monde et la deuxième matière première la plus commercialisée, après le pétrole. C’est la seconde boisson la plus consommée après l’eau, en France.

Le caféier est un arbuste qui pousse dans la zone intertropicale, de chaque côté de l’Équateur. Dès lors, il est principalement cultivé en Amérique latine, en Afrique et en Asie.

Avec moins de 1 % de la production mondiale de café, la Tanzanie ne joue pas dans la même cour que les exportateurs plus importants.
Toutefois, avec ses 400 000 familles impliquées dans l’industrie du café, la Tanzanie se place en 4position des producteurs de café en Afrique, derrière l’Éthiopie, l’Ouganda et la Côte d’Ivoire. Son économie fortement agricole prend appui sur des petites productions qui la rendent sympathique :-).
L’année caféière 2018/2019 s’était achevée sur la plus forte récolte depuis 6 ans en atteignant 60 000 tonnes, selon le Tanzania Coffee Board (TCB). Celui-ci met actuellement en œuvre un programme visant à augmenter la production de café. Pour la période 2020/2021, elle devrait atteindre 1,35 million de sacs de 60 kg.
Début 2018, conformément à la décision du Premier ministre Kassim Majaliwa (« Aucun café ne sera autorisé à être exporté sans transformation. Nous voulons ajouter de la valeur à nos produits locaux afin d’obtenir plus de revenus grâce à nos produits »), les exportateurs devront passer par les ventes aux enchères. Ils ne pourront plus acheter directement aux agriculteurs.

Entamons un bref exposé sur l’histoire du café en Tanzanie, ses spécificités, ce que je pense du café tanzanien et le meilleur choix de café tanzanien.

L’histoire du café en Tanzanie

Située en bordure de l’océan indien, la Tanzanie bénéficie d’un climat tropical qui crée des variations de température assez importantes.

Grâce à des régions comme le Kilimandjaro, la Tanzanie peut miser sur la territorialisation des lieux de production, gage d’une qualité spécifique.

Introduit au 16e siècle depuis l’Éthiopie, la culture du café reste longtemps limitée au robusta dans la région du lac Victoria. Quant à l’arabica, il ne fut introduit par des colons et missionnaires européens qu’à la fin du XIXe.

À la fin du 19siècle, la colonisation allemande va faire évoluer les modes de culture et étendre la zone de production au Nord et au Nord-Est (région de Tanga). Le sol volcanique des versants du Kilimandjaro est notamment favorable à la culture du caféier : celle de l’arabica dans les hauteurs et celle du robusta dans les terres plus basses.

Suite à la Première Guerre mondiale, les Britanniques vont contrôler le lac Tanganyika et accélérer l’implantation de la caféiculture avec la mise en place de lois agraires.

Mais, dès les années 1920, les producteurs se mobilisent face aux planteurs européens. Un mouvement de paysans Chagga va permettre une meilleure reconnaissance des droits des petits producteurs.

En créant, en 1925, la Kilimanjaro Native Planters Association (KNPA), ils définissent l’un des principaux symboles du mouvement coopératif et nationaliste. En effet, le succès de cette coopérative va fortement contribuer à la formation d’un sentiment ethnique chez les Chagga. L’objectif de l’association était d’organiser les petits producteurs de café et de défendre leurs intérêts contre les commerçants indiens et les planteurs européens.
En 1932, elle sera rebaptisée Kilimanjaro Native Co-operative Union (KNCU)

Entre 1948 et 1961, le nombre des coopératives est multiplié par dix en Tanzanie (de 80 à 800 pour atteindre 1200 en 1963) et celui de leurs membres par six. La région du Nord va connaître une forte croissance économique induite par la hausse du prix mondial du café.

Après l’Indépendance, en 1961, le gouvernement socialiste aspire à doubler la production.
Peu à peu, de nouvelles régions sont investies.

Dans les années 1970, les producteurs tentent une croissance agressive, mais rencontrent des difficultés à augmenter leur production. À partir de là, dans les années 90, des efforts vont être déployés pour réformer et privatiser les exportations de café, ce qui a permis aux producteurs de vendre plus directement.

La Tanzanie produit environ 70 % d’arabica et 30 % de robusta. Si ce pays bénéficie d’une production qualitative de café, c’est en grande partie grâce au tissu de petites productions cultivant dans une logique de polyculture paysanne et à son climat chaud.

Les principales cultures d’arabica sont le Kilimandjaro/Arusha, Mbeya et Mbinga/Ruvuma.
Le robusta est principalement produit dans la région de Kagera.
Les autres régions de culture sont Tanga, Iringa, Morogoro, Kigoma, Manyara, Mwanza, Rukwa et Mara.

Si vous voyagez dans le Nord du pays, vous pourrez admirer des plantations de café, en grand nombre autour d’Arusha mais aussi près de Karatu où les collines, sur les pentes du Ngorongoro, très fertiles, sont couvertes de caféiers.

Plant café au Brésil

Particularités du goût du café tanzanien

En Tanzanie, on trouve de nombreuses variétés de café : Bourbon, Kent venu d’Inde, Utengule, Amkeni, Ruvuma, Chagga AA.
Les cafés appelés Mbeyas ou Pare sont des arabicas qui poussent dans le Sud du pays, entre les lacs Tanganyka et Malawi et ont généralement plus de corps.
En général, deux variétés traditionnelles sont largement utilisées, l’hybride N 39 apparenté au Bourbon et la variété Kent, KP 432, ainsi que les variétés traditionnelles Kent K7 et K9.

Quant à la variété Peaberry, elle viendrait d’une dégénérescence de l’arbuste.
Tout d’abord, vous devez savoir comment pousse un grain de café normalement. Typiquement, les grains de café se forment en paire à l’intérieur des cerises d’un caféier.
Dans le cas du Peaberry, un seul haricot est fertilisé dans le fruit. Ceci produit un grain plus petit, ovale avec une fente au milieu. Lors du triage, ces grains Peaberry sont retirés pour être vendus en grade spécifique.

Pour résumer, le goût du café tanzanien est assez hétérogène. Entre la concentration remarquable de saveurs de la variété Peaberry et la saveur florale et fruitée de son Bourbon, la Tanzanie propose plusieurs crus très différents.
Un de ses plus fins cafés est le Chagga qui donne une boisson riche et suave, légèrement acide.

Le café tanzanien s’apprécie à n’importe quel instant de la journée et il est idéal pour démarrer une journée.

Mon avis sur le café de Tanzanie


La Tanzanie propose un café comparable au Kenya, mais dont le corps est moins étoffé.

Mon café tanzanien préféré est le Kilimandjaro, du nom de la montagne où il est cultivé. J’adore ses notes sucrées et fruitées de cerise et son arôme qui invite à la dégustation.

Sa forte teneur en caféine le destine plutôt au matin, pour entamer ma journée.

Meilleur café tanzanien : quelle marque choisir ?

Pour bénéficier de toute la gamme aromatique du café tanzanien, il est préférable de vous orienter vers un conditionnement sous forme de grains. De cette manière, il sera plus frais et pourra développer tous ses arômes.

Au moment de leur commercialisation, les cafés sont classés en grades. Ces grades forment un classement hiérarchique.
Les arabicas les plus réputés sont AA puis A, ensuite AB, B, PB, C.
Le critère principal qui les distingue est la dimension des grains, critère formel auquel s’ajoutent la forme, la densité, la couleur.

En parallèle de ce classement basé sur la qualité du grain, plus de 400 tonnes passent par un circuit du « commerce équitable ».

Outre un prix plus élevé pour les producteurs eux-mêmes, cela assure une « prime de qualité » versée, dans le cadre de la K.N.C.U., à un fonds pour l’éducation de leaders paysans, la formation de techniciens de la qualité et la création de pépinières de plants de caféiers.
Ces cafés du commerce équitable proviennent des terroirs les plus élevés du massif du Kilimandjaro, les plus acides et les plus aromatiques.


Pour acheter du café de Tanzanie, je vous invite à opter pour l’une des marques suivantes : Lobodis, Café Michel, Cosmai, Italcaffè, Cafés Miguel, Nina’s coffee, Au Café Chocolathé, Dasi Frères, Café Loren, Café Arthur, Nespresso, Lorgues Coffee Roasters.

Don`t copy text!