Plant de café à Madagascar

Le café ​de Madagascar

​Plus de ​​​1,5 milliard de tasses de café sont consommées chaque jour dans le monde. Derrière l'eau et le thé, c'est ​la 3e boisson la plus consommée à travers le monde.

​Il ​provient essentiellement d'Amérique du Sud, d'Afrique subsaharienne et d'Asie du Sud-est. Suivant l​a provenance, les cafés verts torréfiés apporteront des notes fruitées, épicées​ ou florales,​ mais aussi des touches de ​chocolat ou de praline. Il ​y a des cafés pour tous les goûts et pour ​tous les moments de journée.

​Madagascar est ​l'un des plus petits producteurs de café.
​E​n​ 2016, l'île produi​sait moins de ​10000 tonnes ​​représentant ​moins de ​1 % de la ​production mondiale.​​ Elle souffre d'une baisse quantitative constante.

​Pourtant, le café ​de Madagascar est reconnu par les connaisseurs pour sa qualité exceptionnelle​. Les caféiers sont quasiment distribués dans toutes les forêts de l’île​ et occupent des niches écologiques très variées.

​Entamons un ​court aperçu de l’histoire du café ​malgache, ses particularités, ce que je pense du café ​malgache et quel est ​son meilleur café.

L'histoire du café ​à Madagascar

​4e plus grande ​île ​au monde, Madagascar se situe dans l'océan indien à l'est de l'Afrique. Mis à part les produits qui font ​sa réputation comme la vanille ou encore l’ylang-ylang, Madagascar exporte également du café, des haricots et toutes sortes de produits agricoles.

Historiquement, le café provient d’Éthiopie, en Afrique​. L​e breuvage arrive au Yémen où ​il devient la boisson officielle du monde islamique et prend son nom​ de l’arabe ancien « qahwah ». Les ​Yéménites en commencent la culture ​puis l'exportent​ ​vers l'Arabie, ​l'​Égypte, ​l'Asie et ​le sud-est de l’Europe.​
Ainsi, en 1615, des commerçants vénitiens rapportent les premiers sacs de café en Europe occidentale. En France, il débarque en 1640.
Au ​​​18e siècle, les ​Français apportent ​dans leurs colonies les premiers plants de café​, notamment ​​à Nosy Be et sur l'île Sainte Marie, mais il faut attendre le ​​​1​9e siècle​ pour que la culture du café démarre sur ​l'île Sainte Marie, à Madagascar. ​

De l'origine à la libéralisation​

L'histoire du café sur Madagascar est intimement liée à son statut de colonie française.
Vers 1926, l​a politique de hauts prix du café provenant du Brésil et la sous-évaluation du franc ​​procurent aux exportations ​un prix très rémunérateur. ​Pourtant, les colons ne sont pas satisfaits. ​Ils tentent de faire interdire les plantations indigènes pour contrer la concurrence, mais l'administration locale prend parti pour les caféiculteurs malgaches.

En 1927, les chambres de commerce de Tananarive et de la côté Est demandent une protection sur les prix et la détaxation du café colonial. Mais, la crise de 1929 provoque la baisse du prix du café.
Alors que la métropole tergiverse sur la façon de soutenir la filière à Madagascar, le gouverneur général Cayla obtient un système de primes au café (une taxe spéciale de 0,1 franc​ par kilogramme sur les cafés entrant en France) et utilise les fonds de la caisse de réserve de Madagascar.
Il favorise ainsi le développement des plantations indigènes paysannes qui passent de 32 000 hectares à 49 000 hectares alors que celles de colons ​plafonnent à 20 000 hectares. Conjointement, le ​​réseau ​de transport s'améliore​ et la production de café est multipliée par six, dans les années 30.

​D​urant cette période, Madagascar ​f​ut le principal exportateur de café dans l'ensemble francophone africain avec ​plus de 80 % du total des exportations. ​Entre les deux guerres mondiales, sa culture s'est répandue​ sur tout le versant ​oriental. ​À l’apogée de la caféiculture, 80 % des revenus des ménages de la partie Est de Madagascar provenaient de la vente du café.

La période suivant l'insurrection malgache de 1947 ​observe une baisse de production ​ainsi qu'une forte dynamique de plantation de café et de réappropriation des terres agricoles par les ​Malgaches.

​Évolution depuis la libéralisation du marché du café

​Après la libéralisation de la filière, en 1989, et l’arrêt des subventions, l’​État s’est principalement cantonné à la règlementation du marché. ​La filière café n’a plus fait l’objet d’une politique dédiée.
Cette situation a limité la capacité des planteurs à s’organiser et à accroitre leur niveau de revenu.

En 1998, Madagascar a produit 47 767 tonnes. ​Depuis le début des années 2000, la valeur des exportations de café de Madagascar a connu d’importantes fluctuations dues aux variations de prix sur les marchés​. ​En 2007, il produisait aux ​alentours de ​50 000 tonnes ​et exporta​it 10 000 tonnes de café.

Depuis,​ la production ​n'a pas décollé, voire a régresssé.​ La vieillesse des plant​s, ​les maladies, mais ​également ​​les différentes catastrophes naturelles qui ont frappé l’île​ ont causé cette régression.

​​Jadis ​renommée pour son café, Madagascar est aujourd’hui dépassée par plusieurs pays​​.

Les deux espèces, arabica et robusta, sont présentes, mais le robusta constitue l’essentiel de la production et des exportations malgaches (plus de 95 %). L’​arabica est plus apprécié sur le marché international, mais il n’est pas vraiment adapté au climat de Madagascar, ce qui explique sa faible production.

​​​Si ​le café malgache est ​réputé​, c’est ​grâce ​au​ nombre important d​'espèces de caféiers (​presque la moitié des espèces sauvages de café dans le monde existe à Madagascar, 61 espèces sur 124. 80 % des espèces naturelles sont ​endémiques du pays.​​​). C'est aussi grâce à la présence de ​son arabica dans les cafés hauts de gamme​.

Le robusta est surtout cultivé sur dans le Nord-Ouest de l'île de Nosy Be. Sur la côte orientale, on cultive le Kouilou, ​dans les petites vallées aux côtes inférieures à 300 m. Avec 40 à 45 % de la production nationale selon les années, la région Vatovavy Fitovinany demeure la première zone productrice​.
L'​arabica est cultivé sur le haut plateau d'Antananarivo et ​près du lac Alaotra, dans des petites plantations familiales situées entre 600 et 1 200 m d'altitude. ​Dans la région d'Itasy, comme à Analavory et Ampefy,​ le CNCC (Comité National de Commercialisation du Café) tente de relancer l'arabica d'origine, non greffé.

Plant de café malgache

Particularités du goût du café ​malgache

​Dans la famille Coffea canephora, Madagascar propose ​essentiellement du café robusta.
Plus ​marginalement, il existe d’autres variétés ​comme le ​​KouilouNiaouli​, le type Guinéen, un peu de liberica, le C.dewevrei.
Ce dernier est aussi connu sous l'appellation Coffea excelsa​. ​Malgré son appellation, il ne ​délivre qu’une saveur ​médiocre.
Dans la famille arabica, ​Madagascar présente une catégorie des cafés gourmets (cafés de spécialité) très demandés. ​Cultivées sur les hauts plateaux du centre de Madagascar, les variétés ​vont du Bourbon pointu​ à l'Arabica Elita, ​en passant par le Rà Telo (hybride).

​Notons qu'il existe à Madagasca​r, dans le centre de la Grande ​Île, un groupe d'espèces de Coffea ​ ​​​ayant la particularité de ne pas contenir de caféine dans leurs grains.

Madagascar p​ropose de​s arômes bien particuliers par rapport au café d​u Brésil.
L'​arabica des hauts plateaux, ​un must assez rare, est ​doux. Il délivre un arôme fin et délicat. Autrement appelé ​Arabica Elita, ​son faible degré de caféine​ (1 degré contre 0,24 pour le décaféiné) le rend très agréable au goût​.
Le goût du ​robusta Kouilou de Madagascar est particulièrement neutre, équilibré et harmonieux, ce qui en fait un excellent choix pour les mélanges​ et pour l’élaboration des cafés courts ​comme les expressos.

​Le café ​malgache s​e déguste à n’importe quel moment de la journée. ​Son robusta ​est idéal ​le matin​, au moment d​e démarrer la journée.​

Mon avis sur le café de ​Madagascar


J'ai une affection particulière pour le café de ​Madagascar​.

J’adore ​l'équilibre et ​l'arôme profond de son robusta. Mélangé, pour moitié, avec un café léger comme celui de la ​Tanzanie, vous dégusterez un café amer délicatement caféiné.
​Même s'il est difficile à trouver ​en pure origine, les mélanges proposés​ ​sont de bonne qualité.

Si vous avez la possibilité, je vous ​conseille de l​e prendre en grains, ​les arômes seront nettement mieux conservés ​de cette manière que sous forme moulue.

​Boire du café ​malgache​ m'évoque ​les petites exploitations familiales qui cultivent de manière traditionnelle et maintiennent, ainsi, la biodiversité de ce pays attachant.​

Meilleur café ​malgache : quelle marque choisir ?

Comme je viens de l​e suggérer, ​il est préférable d'acheter du café de ​Madagascar sous forme de grains. En ​fait, le café en grains ​dégagera​ ​des arômes​ plus prononcés que le café moulu. De plus, les grains ​proviennent d’une sélection plus stricte.

Le Robusta Kouilou de Madagascar a une acidité prononcée et un corps léger avec une finale forte, mais équilibrée et harmonieuse. Bien qu'il ​correspond à n'importe quel niveau de torréfaction, nous recommandons une torréfaction plus longue ou un mélange avec de l'arabica​.

Destination, pour sa part,  propose un café bio. Cultivé ​près de la côte sud-est, c'est un robusta issu d'une production assez ​limitée.​ Naturellement riche en caféine, il délivre un ​goût généreux et intense qui le destine plutôt au café du matin ou à un mélange expresso.

Pour acheter du café de ​Madagascar, je vous invite à ​vous diriger vers l’une des marques suivantes : ​​Mokafe, T​af, Le Conte, Nespresso, Torréfaction Chauvet, El Injento, Destination, Home Roast Coffee, Tresor & Sens, ​Tradition pays.

Laissez un commentaire 0 commentaires

Laissez un commentaire: